Homophobie ?

Au lieu de l’abroger purement et simplement, les Conseillers nationaux ont accepté d’enrichir le fameux article 261bis du code pénal d’une disposition supplémentaire visant l’homophobie.

Mais qu’est-ce que l’homophobie ? Etymologiquement, c’est la crainte du semblable, par extension la peur de l’homosexualité ou la crainte des homosexuels.

De même que le racisme était défini, au début du XXe siècle, comme une théorie décrivant les caractéristiques des différents types raciaux, sans connotation négative, le racisme est devenu la théorie qui affirme la supériorité des certaines races sur les autres, et même, plus récemment encore, la théorie de ceux qui souhaitent l’élimination de certaines races. Il y a même des hurluberlus qui affirment que les races humaines n’existent pas, tout en dénonçant le racisme.

Par un cheminement sémantique analogue, l’homophobie est maintenant devenue, dans l’esprit de certains, la haine des homosexuels.

Dans une société qui prône les vertus de l’amour, de la paix, de l’harmonie et qui croit que l’homme naît bon et le resterait s’il n’était perverti par la société, il est évidemment mal vu d’entretenir des inimitiés, des conflits domestiques ou de voisinage, et même d’affirmer ses conceptions philosophiques si ces conceptions sont susceptibles de chagriner quelqu’un.

Dès lors, la haine est non seulement un sentiment qui doit être absolument banni – sauf si l’objet de la haine est un pédophile ou un révisionniste – mais il va devenir interdit, et pénalement répréhensible, de haïr. Et comme la manifestation d’une préférence, d’une inclination, vous conduit à l’aversion, et que l’aversion vous mène à la haine, il sera bientôt interdit d’oser une préférence.

Certes, je pourrai toujours affirmer que je n’aime pas les endives, ou que je préfère les brocolis aux choux de Bruxelles. Ni les endives ni les choux ne vont saisir les tribunaux. Mais je cours des risques en affirmant ma prédilection pour les brunes aux yeux verts parce que cette préférence est la manifestation d’une discrimination. Les rouquines et les blondes pourraient se plaindre d’une affirmation haineuse et exiger que l’art. 261bis réprime, dans la foulée, «ceux qui auront discriminé une personne ou un groupe de personnes en raison de (…) la couleur de leur cheveux, de leur petite taille, de leurs préférences alimentaires, ou de leur développement mental».

«L’homosexualité est un comportement déviant. Pourquoi déviant? Parce qu’il s’écarte de la norme». Cette déclaration du député valaisan Grégory Logean, pourtant empreinte d’un certain bon sens et dépourvu d’hostilité, a suscité des tempêtes d’indignation orchestrées, probablement, par le lobby gay. La seule constatation qu’un comportement, ou qu’une orientation sexuelle s’écarte de la norme, qu’elle est donc anormale, suscite l’ire de ceux qui se croient «stigmatisés».

Mes goûts personnels me font apprécier les femmes pourvues d’une poitrine modeste, voire très modeste. Je suis conscient de faire partie d’une proportion très minoritaire parmi les hommes, dont l’immense majorité identifie la féminité aux seins volumineux. Mes goûts sont donc a-normaux. Suis-je fâché de cette anormalité ou de cette anomalie ? En aucune façon, je la revendique.

Mais je constate, à mon vif chagrin, que la majorité de mes contemporains se complaît dans une contradiction logique : il faudrait se comporter comme tout le monde, et penser comme tout le monde, mais ceux qui sont différents ou minoritaires, les nains, les homosexuels, les handicapés physiques ou les retardés mentaux, les chauves, les moines ou les végétaliens devraient être traités comme les autres.

Mais ils ne sont précisément pas comme les autres, ce qui fait leur spécificité, leur charme ou leur sensibilité particulière. Ils feront toujours partie de la société sans pouvoir – ou sans vouloir – s’y intégrer totalement. L’originalité de leur appartenance à une minorité ne doit leur procurer ni honte ni fierté.

J’ose espérer que le Conseil des Etats va balayer ce projet absurde de criminaliser l’homophobie.

Claude Paschoud

Cette entrée a été publiée dans Non classé. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.