Le poisson pourrit par la tête

Le quotidien gratuit «20 minutes» de ce matin nous apprend qu’une dame, juge assesseur auprès de la justice de paix et épouse d’un avocat connu, s’est rendue coupable de faux dans les titres visant à «arnaquer le Canton» pour rendre service à une pupille de sa fille.

Quelques jours plus tôt, on apprenait que M. Nicolas Chervet, titulaire du brevet d’avocat, secrétaire général du département du territoire et de l’environnement, destiné à devenir le chef de la police cantonale vaudoise, soupçonné de calomnie dans le litige qui divise Orllati et le groupe Bernard Nicod et qui affirmait en début d’année ; «Cela ne remet pas en question mon impartialité, mon honneur ou la probité de mon travail» vient d’avouer avoir embouti une voiture dans un parking (entre 2’000 et 3’000 francs de dégâts) et avoir laissé à la victime une fausse identité, une fausse adresse et un faux numéro de téléphone.

On se souvient qu’en Valais, le chef de la police Christian Varone, licencié en droit et colonel, candidat PLR au Conseil d’Etat, est un voleur et un menteur, confirmé dans ses fonctions une semaine après sa condamnation.

Le poisson pourrit par la tête !

C.P.

 

Cette entrée a été publiée dans Non classé. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.