Fâcheux copinage

On espérait être débarrassé définitivement de Mme Manon Schick, ex-directrice d’Amnesty International suisse, et accessoirement rédactrice invitée de 24 heures à qui elle confiait des billets larmoyants de compassion pour toutes les plus mauvaises causes.

Fol espoir !

J’ai déjà épinglé la dame naguère sur le présent blog en relevant la pauvreté de ses arguments (1) et ses mensonges éhontés.

La dame a trouvé un employeur disposé à profiter de sa vaste incompétence : la direction générale de l’enfance et de la jeunesse du canton de Vaud. C’est sa camarade de parti Cesla Amarelle qui a estimé opportun de mettre à la tête de l’ancien SPJ une dame sans emploi qui n’a jamais eu d’enfants. Parions qu’elle saura déployer tout le zèle nécessaire pour l’accueil des enfants djihadistes retour de Syrie et des orphelins venus de Hong-Kong.

Quant aux enfants d’ici, arrachés brutalement à leurs parents par des dénonciations calomnieuses ou aux enfants réellement victimes d’abus dans leurs familles d’accueil, ils auront du souci à se faire, avec, à la tête du service supposé les protéger, une infatigable dénonciatrice des entraves à la liberté d’expression dans les pays lointains, mais muette au sujet des violations, en Suisse, de la liberté d’expression garantie par l’art. 16 de la Constitution.

Claude Paschoud

_____

(1)  «Les élucubrations de Manon» 19 janvier 2016

«Les nouvelles élucubrations…» 1er mars 2016

«Manon a encore tout faux» 15 mars 2016

 

Cette entrée a été publiée dans Non classé. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.