Questions fréquentes

 

Quelle est la différence entre un conseiller juridique et un avocat?

Les études universitaires menées par le conseiller juridique et par l’avocat sont exactement les mêmes. Celui qui se destine à la pratique du barreau (le métier d’avocat) effectue un stage dans une étude d’avocats. Il devient un spécialiste de la procédure civile et pénale et représente les clients devant ces tribunaux. Le conseiller juridique effectue un stage au greffe d’un tribunal, ou dans une administration, ou dans une banque ou une fiduciaire, selon ses goûts. Il conseille ses clients dans les domaines juridiques de sa compétence et recherche des solutions négociées plutôt que les litiges.

 

Un conseiller juridique coûte-t-il moins cher qu’un avocat?

En général, c’est le cas. Mais aussi bien les conseillers juridiques que les avocats pratiquent des tarifs très variables. Il se peut donc que les honoraires d’un conseiller juridique plutôt «cher» soient supérieurs à ceux d’un avocat plutôt «bon marché». Les honoraires pratiqués par Claude Paschoud sont comparables à ceux de la moyenne des avocats.

 

Peut-on payer un conseiller juridique uniquement sur le résultat escompté?

Certains conseillers juridiques acceptent un tel mode, qui est interdit pour les avocats dans la majorité des cantons. Claude Paschoud respecte les usages des avocats sur ce point.

 

Un conseiller juridique peut-il assister ou représenter son client et plaider devant le Tribunal administratif?

Chaque canton a sa propre loi d’organisation judiciaire même si la procédure a été unifiée depuis le 1er janvier 2011. Dans le canton de Vaud, le plaideur peut être assisté et représenté devant la Cour de droit administratif et public du Tribunal cantonal par la personne de son choix, avocat, conseiller juridique ou même par un non-juriste.

 

Un service de conseils juridiques par téléphone à Fr. 4,23 par minute, n’est-ce pas trop cher?

C’est une question de point de vue. Si la question est bien posée, clairement et complètement en 2 minutes, et que la réponse puisse être donnée, par hypothèse, en 3 minutes, la consultation aura coûté Fr. 21,15 TVA comprise, sans rendez-vous, sans déplacement et à n’importe quelle heure.

 

Peut-on répondre sérieusement à n’importe quelle question juridique par téléphone?

Evidemment non! Dans bien des cas, et notamment s’il s’agit d’un litige complexe, le juriste ne pourra donner un avis compétent qu’après avoir pris connaissance de la totalité du dossier, ce qui est impossible par téléphone. Mais le public se pose, en matière juridique, des milliers de questions qu’il est possible de résoudre en moins d’une minute par téléphone.

 

Si j’appelle le service de conseils juridiques par téléphone au 0900 57 81 82, combien de secrétaires aurai-je au bout du fil avant d’atteindre le conseiller juridique ?

Aucune! Le correspondant est immédiatement en communication avec le conseiller juridique.

 

Le service est-il vraiment actif 24 heures sur 24?

Presque! Si le conseiller juridique est déjà en ligne avec un autre correspondant, et qu’il est le seul juriste présent, il ne répond pas sur la deuxième ligne, qui sonne donc comme s’il était absent. La communication n’étant pas établie, cet appel infructueux ne vous coûte rien. Rappelez 5 minutes plus tard.

Lorsque le conseiller juridique est en déplacement, la ligne est déviée sur son appareil mobile. Il peut arriver qu’il traverse une zone mal irriguée en ondes… Rappelez !

Les commentaires sont fermés.